8 Signes que votre parent âgé ne devrait plus conduire

Le fait de vieillir ne signifie pas forcément que vos parents ne peuvent plus conduire. La conduite des personnes âgées permet à celles-ci de conserver leur indépendance, de cultiver un mode de vie actif et de maintenir des relations avec leurs proches. La conduite d’un véhicule par une personne âgée peut également représenter un grave danger lorsque la vision se détériore, que la réflexion n’est plus ce qu’elle était et que les réflexes deviennent plus lents.

Renoncer à conduire ne signifie pas forcément sacrifier son indépendance. De nombreux jeunes choisissent de ne pas conduire pour des raisons de sécurité ou d’environnement. Ils mènent une vie active et épanouie. Vos parents le peuvent aussi.

Voici quelques signes indiquant que votre parent âgé ne devrait plus conduire – et ce qu’il faut faire lorsque vous les remarquez.

Signes indiquant que votre parent âgé ne devrait plus conduire

La conduite d’un véhicule requiert un ensemble de compétences particulières. Il est donc difficile de prédire quelles personnes âgées auront du mal à conduire. Certaines personnes âgées restent des conducteurs compétents même si leur mémoire décline ou si leur personnalité change. D’autres deviennent des conducteurs dangereux même lorsqu’ils semblent être en bonne santé.

L’âge avancé n’est pas une raison suffisante pour passer le permis de conduire d’une personne âgée. Ne laissez donc pas les idées d’âgisme colorer vos perceptions. Cependant, à mesure que votre parent vieillit, vous devez être prêt à surveiller sa conduite. Voici quelques signes à surveiller :

1. Accidents de voiture et contraventions

La plupart des gens ont un accident de voiture à un moment ou à un autre de leur vie. Il en va de même pour les contraventions. Mais votre parent accumule-t-il les accidents et les contraventions à un rythme alarmant ? La plupart des accidents de voiture peuvent être évités, et la plupart des contraventions sont évitables. Une augmentation soudaine des problèmes de conduite suggère que votre parent est en déclin pour ce qui est de ses capacités à conduire.

2. Dommages à la voiture

De nombreuses personnes âgées continuent de conduire alors qu’elles ne devraient pas savoir qu’elles prennent une décision dangereuse. Elles ne parlent donc pas à leurs proches de leurs accidents et des contraventions. Cherchez des preuves sur la voiture. Voyez-vous des bosses ou des éraflures inhabituelles ? Si les dommages subis par la voiture s’accompagnent de bosses ou de bleus sur votre parent, ils peuvent être le signe qu’il a eu un accident.

3. Perte de vision ou d’audition incontrôlée

La vue et l’ouïe sont essentielles à une conduite sûre. Si des lunettes ou des appareils auditifs permettent à votre parent de voir ou d’entendre, il peut continuer à conduire, à condition de porter ces appareils correcteurs à chaque fois qu’ils prennent le volant. Si votre parent refuse de porter ses lunettes ou ses appareils auditifs, ou si ces appareils ne suffisent plus à corriger les déficiences de votre parent, il n’est plus un conducteur prudent.

4. Abus de drogues ou d’alcool et traitement médicamenteux

Les stéréotypes sur les personnes âgées les présentent comme douces et innocentes. L’avancement en âge n’efface pas les problèmes d’alcool ou de drogue ou de médicaments à effets secondaires sur le sommeil. Au contraire, le problème s’aggrave souvent. Si vos parents abusent de l’alcool, de la drogue ou suivent un traitement lourd, il est temps de leur reprendre les clés de leur véhicule.

Certains médicaments sur ordonnance peuvent également poser problème. Parlez au médecin de vos parents des contre-indications médicamenteuses possibles par rapport à la conduite. Certains sédatifs et somnifères, les médicaments contre l’anxiété, les analgésiques et de nombreux autres médicaments peuvent affaiblir la capacité de votre parent à conduire. Si votre parent se comporte différemment sous l’influence d’un médicament sur ordonnance, il est probable qu’il conduise aussi différemment.

5. Temps de réaction lents

Une bonne conduite exige des réflexes rapides. Si le temps de réaction de votre parent est ralenti, il pourrait avoir un accident grave. Comment votre parent réagit-il aux bruits forts et soudains ? Est-il capable de changer rapidement d’attention et de réagir aux situations d’urgence ? Si ce n’est pas le cas, il est peut-être temps pour lui d’arrêter de conduire.

6. Distractivité

Bien avant que des problèmes cognitifs tels que la démence sénile ou sénilité ne volent des souvenirs, ils volent l’attention. Même des personnes âgées par ailleurs en bonne santé peuvent avoir du mal à se concentrer. Si votre parent semble inhabituellement distrait, il ou elle peut se laisser glisser dans une autre voie ou ne pas remarquer un feu rouge. Recherchez les tâches à moitié terminées, les dérives dans la conversation ou une tendance à sauter rapidement d’un sujet ou d’une tâche à l’autre.

7. Problèmes de communication

La conduite sûre ne se résume pas à la conduite elle-même. Votre parent doit aussi pouvoir communiquer avec les policiers s’il est arrêté. Il doit pouvoir demander son chemin s’il se perd et appeler à l’aide des secours ou d’un dépanneur / de l’assistance de son assurance avec un téléphone portable en cas de panne ou d’accident. Si votre parent a de graves problèmes de communication, il est peut-être temps pour lui d’arrêter de conduire. Certaines formes de démence, telles que l’aphasie progressive primaire, privent une personne âgée de la capacité de parler avant qu’elle ne perde ses facultés cognitives. Si votre parent ne peut pas trouver un moyen de compenser ces problèmes, par exemple en écrivant ou en utilisant un outil de communication, il pourrait ne pas être en mesure d’obtenir l’aide dont il a besoin en cas d’urgence.

8. Mauvaise conduite

Le signe le plus évident qu’il est temps de prendre les clés de vos parents est qu’ils sont devenus de mauvais conducteurs. Faites quelques trajets en tant que passager avec votre parent. Avez-vous peur ? Laisseriez-vous votre enfant monter dans la voiture avec votre parent ? Tout conducteur fait des erreurs, mais si votre parent a manifestement des difficultés, il est peut-être temps d’avoir une conversation difficile pour protéger sa sécurité.

Le rôle du médecin de votre parent

Si vous êtes préoccupé par la conduite de votre parent, son médecin peut être un allié utile. Un médecin compétent peut souvent procéder à une évaluation pour déterminer si une personne âgée est apte à conduire. Pensez donc à demander à votre parent si vous pouvez discuter de sa conduite lors de son prochain rendez-vous chez le médecin.

Comment l’état réglemente la conduite des personnes âgées ?

L’État ne révoque pas le permis de conduire d’une personne âgée, des propositions de loi sont en cours pour proposer des contrôles de santé via une visite médicale tous les 5 ans, mais rien n’a encore été voté ni appliqué.

De votre côté, vous pouvez regarder du côté des cartes de CMI stationnement (carte mobilité inclusion) pour permettre de mieux se déplacer en ville. Cette carte permet à votre parent de stationner sa voiture sur toute place en accès libre (hors places réservées aux personnes handicapées), et ce, gratuitement et sans limite de temps. Il suffit de placer cette carte bien en évidence au niveau du pare-brise de la voiture de votre parent. Vous pouvez vous renseigner sur les conditions d’obtention de cette carte dans la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) la plus proche de chez vous.

Parler à votre parent de sa conduite

En 2017, en France les personnes âgées de 65 ans ou plus représentaient 16.9 % de l’ensemble des accidents de la route mortels, d’un point de vue cause de l’accident. Vous ne voudrez peut-être pas vous disputer avec votre parent au sujet de sa conduite. Considérez que vous vous battez pour la vie de votre parent et vous serez peut-être plus enclin à avoir une dispute.

Il est facile de se sentir frustré par un parent qui s’obstine à continuer à conduire. Considérez les choses de son point de vue. Pour une personne âgée, conduire peut sembler être la seule façon de rester indépendante. Et qui veut être dépendant des autres pour se déplacer ? Les personnes âgées mènent souvent une vie dynamique et active qui nécessite la capacité de se déplacer facilement d’un endroit à l’autre. Le désir de vos parents de vivre une vie pleine de sens n’a pas disparu simplement parce qu’ils sont un peu plus âgés. Vous ne pouvez donc pas formuler la conversation en des termes qui mettent en évidence le fait de lui enlever quelque chose, ou qui donnent à votre parent le sentiment qu’il sera plus dépendant des autres.

Commencez plutôt la conversation en exprimant votre inquiétude quant au bien-être de votre parent. Ne forcez pas la question. Gardez les choses légères et laissez à votre parent le temps de réfléchir. Puis revenez sur la question quelques semaines plus tard. Cela peut aider à éviter une première réaction défensive. Continuez à avoir la conversation au fil du temps. À chaque conversation, soyez prêt à répondre avec compassion aux préoccupations de votre parent.

Alternatives à la conduite automobile

Si vous espérez convaincre votre parent de sacrifier son permis, vous devez être prêt à lui offrir une alternative raisonnable à la conduite automobile. Les personnes âgées méritent l’indépendance et la joie tout autant que les autres. Le fait que votre parent ne puisse plus conduire ne signifie pas qu’il n’est plus intéressé à quitter son domicile.

Dans le cadre de la conversation avec votre parent au sujet de sa conduite, parlez-lui de solutions de rechange valables à la conduite. Il peut s’agir de :

  • Des transports publics : vit-il près d’une ligne de bus / tramway / métro ou d’une ligne de chemin de fer ?
  • Les taxis : Pouvez-vous aider votre parent à trouver un service de taxi ?
  • Uber / Le Cab / Chauffeur-privé / Allocab : Pouvez-vous montrer à votre parent comment utiliser les services de VTC ? Ces services peuvent également offrir une socialisation très nécessaire.
  • Services de transport pour personnes âgées : Certaines organisations proposent des navettes de transport pour personnes âgées vers des centres communautaires, des épiceries et d’autres arrêts populaires.
  • Aide des membres de la famille : Si votre parent n’a pas accès à d’autres options, la famille doit être prête à assumer le fardeau de la conduite. Chaque membre de la famille peut-il accepter d’aider un jour différent de la semaine ? L’aide de la famille est plus susceptible de fonctionner lorsque les membres de la famille se partagent le travail plutôt que de demander à une seule personne de tout faire.

Considérez la discussion sur la conduite de vos parents comme un effort de collaboration, et non comme quelque chose que vous imposez à vos parents. Personne n’aime être contrôlé. Votre parent vieillissant, aussi têtu soit-il, n’est pas différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.