8 conseils pratiques pour aider une personne atteinte de démence à manger davantage

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence mangent souvent moins qu’avant. Cela peut être dû à des problèmes médicaux liés à la mastication, à la déglutition ou à la digestion des aliments. Parfois, les personnes se désintéressent tout simplement de la nourriture. Cela peut se produire pour une longue liste de raisons, notamment la perte du goût et de l’odorat, la perte de mémoire et le fait de penser avoir déjà mangé. La capacité et l’envie de manger tendent à s’aggraver au fur et à mesure que la maladie progresse et s’assurer qu’une personne atteinte de démence mange un repas nutritif, ou mange suffisamment, peut devenir un véritable problème pratique et émotionnel pour l’aidant. Nous avons dressé ici une liste de 8 conseils pratiques pour aider une personne atteinte de démence à manger davantage.

1. La couleur de l’assiette est importante

Dans une étude menée à l’université de Boston, les chercheurs ont constaté que les patients qui mangeaient dans des assiettes rouges consommaient 25 % de nourriture en plus que ceux qui mangeaient dans des assiettes blanches. Ce phénomène semble lié à la façon dont une personne atteinte de démence voit les aliments dans une assiette. Si vous ne pouvez pas vraiment voir la nourriture parce qu’elle se trouve sur un fond blanc, vous êtes beaucoup moins susceptible de la manger.

L’utilisation de la couleur permet de stimuler l’intérêt des personnes atteintes de démence, car elles ont souvent du mal à distinguer les couleurs. Si la nourriture est trop proche de la palette de couleurs de l’assiette, les personnes atteintes de démence peuvent avoir du mal à distinguer le contraste entre les deux et à réaliser qu’il y a de la nourriture à manger.

2. Faciliter les repas

À un moment ou à un autre de la vie d’un patient atteint de démence, il y a de fortes chances que manger devienne un problème. L’utilisation d’ustensiles peut également devenir plus difficile. Cela vaut la peine d’envisager de manger avec les doigts pour les aider à manger plus fréquemment, peu et souvent.

Voici quelques exemples :

  • Les fruits – les framboises, les fraises, les bananes et les raisins sont d’excellents exemples et ont des couleurs très contrastées.
  • Les noix – les amandes et les noix du Brésil sont riches en protéines et contiennent des graisses essentielles.
  • Chips – il existe des options plus saines, même des chips de légumes.
  • Petites bouchées de protéines – bâtonnets de poisson, morceaux de poulet et crevettes.
  • Légumes – crudités avec sauce pour tremper.

Faire en sorte que votre parent se sente le plus à l’aise possible à table devrait également l’aider à manger, en l’aidant à se concentrer sur la nourriture.

Lorsque vous vous asseyez à table, placez-vous directement en face d’eux, établissez un contact visuel, souriez et attendez qu’ils vous sourient en retour. Ensuite, vous pouvez commencer à manger sans parler (c’est vous qui commencez). Essayez de rester calme, soyez patient, continuez à établir un contact visuel et attendez qu’ils vous suivent.

Il est important de se rappeler que la patience est la partie la plus importante. Vous devrez peut-être procéder ainsi pendant un certain temps avant que cela ne fonctionne. Avec un peu de chance, plus vous suivrez cette routine fréquemment, plus cela deviendra facile pour vous deux.

3. Essayez certains de ces meilleurs aliments pour les patients atteints de démence.

Il y a beaucoup de modes et de « news » quotidiennes sur les derniers aliments qui aident à ralentir la démence. Les conseils de l’Alzheimer’s Society et d’autres organisations spécialisées dans la démence sont clairs : certains aliments peuvent aider à réduire certains symptômes, mais il s’agit surtout de bon sens. Une alimentation saine et équilibrée, avec des friandises à consommer avec modération bien sûr. Voici quelques suggestions :

Les légumes verts à feuilles

Les légumes tels que les épinards, le chou frisé et la bette à carde sont tous d’excellentes sources de folate, ou vitamine B9, dont il est prouvé qu’elle améliore la cognition chez les personnes âgées. Le folate aide à prévenir la dépression (un effet secondaire courant de la démence) en contribuant aux niveaux de sérotonine. La vitamine E contenue dans les légumes verts à feuilles a également des effets positifs sur le cerveau.

Légumes

Une étude publiée dans Molecules suggère que les substances phytochimiques présentes dans des légumes tels que le brocoli, le chou-fleur, le bok choi (chou de Chine), le chou et les choux de Bruxelles aident à conserver la mémoire. Ils contiennent des caroténoïdes et des folates, qui réduisent les niveaux d’homocystéine, un acide aminé lié aux troubles cognitifs.

Baies et cerises

Toutes les variétés de baies contiennent de l’anthocyanine, une substance phytochimique qui protège votre cerveau des dommages causés par les radicaux libres, les inflammations et les radiations, selon une étude parue dans Molecules. Les myrtilles sont celles qui contiennent le plus d’antioxydants, ainsi que des quantités abondantes de vitamines C et E.

Le chocolat noir

Les flavanols, l’antioxydant contenu dans la poudre de cacao, contribuent à améliorer le flux sanguin vers le cerveau. Plus le chocolat est noir, mieux c’est pour vous, car vous consommerez plus de flavanols et moins de sucre ajouté.

Le poisson

Une étude de l’Académie américaine de neurologie a révélé que les personnes de 65 ans et plus qui consommaient au moins trois portions hebdomadaires de poisson riche en oméga-3 présentaient un risque réduit de près de 26 % de présenter des lésions cérébrales susceptibles de provoquer une démence, par rapport à celles qui ne mangeaient jamais de poisson. Les niveaux élevés d’acides gras oméga-3 eicosapentaenoic (EPA) et docosahexaenoic (DHA) maintiennent le cerveau en pleine forme.

Noix

Une petite poignée de noix contient une tonne de nutriments, notamment des acides gras oméga-6 et oméga-3, de la vitamine E, des folates, de la vitamine B6 et du magnésium. Selon une étude publiée dans Age and Ageing, ces nutriments contribuent à protéger contre les pertes de mémoire liées à l’âge et à améliorer l’humeur. Toutes les variétés de noix, y compris les cacahuètes, les noix de cajou, les noisettes, les noix, les amandes et les noix de pécan, offrent ces avantages.

Graines

Les graines contiennent beaucoup de vitamine E, une vitamine associée à un taux plus faible de déclin cognitif lié à l’âge. La choline, un composé présent dans les graines de tournesol, contribue à améliorer les fonctions cérébrales. Le zinc présent dans les graines de citrouille améliore la mémoire et les fonctions cognitives, tandis que le tryptophane combat la dépression. Les graines de lin sont une excellente alternative au poisson, car elles regorgent d’oméga-3 qui stimulent la mémoire.

Épices

Certaines épices ajoutent non seulement de la saveur à vos plats préférés, mais aussi des antioxydants et des composés favorisant la mémoire. Le simple parfum de la cannelle, par exemple, améliore le traitement cognitif. Dans une étude de l’université de Newcastle upon Tyne, les participants ayant consommé de la sauge ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémoire. Et les amateurs de curry peuvent se réjouir : il a été démontré que la curcumine, l’un des principaux ingrédients du curcuma, détruit la plaque cérébrale et réduit l’inflammation qui peut causer des problèmes de mémoire.

4. Soyez patient lorsque vous essayez d’aider une personne

Essayer de convaincre une personne atteinte de démence qui en est au point de ne pas manger, qu’elle doit manger est contre-productif. Essayer d’expliquer pourquoi est également préjudiciable.Vous devez être le guide alimentaire. Votre rôle de guide consiste à montrer à cette personne comment manger chaque bouchée, comme si c’était la première fois qu’elle mangeait. Gardez un contact visuel fort et un grand sourire, et ne perturbez pas la personne en parlant.Il peut être frustrant d’essayer d’aider quelqu’un et que cela ne fonctionne pas aussi efficacement que vous l’espérez. C’est comme apprendre à un enfant à faire ses lacets ou, bien sûr, à manger ses légumes ! Il observera comment vous faites et copiera peu à peu, mais si vous ne lui montrez pas une démonstration, il ne sera pas en mesure d’apprendre. Si vous vous sentez agité, respirez profondément et faites un nouvel essai.

Le coucher du soleil

Si votre proche atteint de démence devient agité ou frustré l’après-midi et le soir, cela peut être dû au « coucher du soleil ». Pour en savoir plus sur ce phénomène et sur la façon de le gérer, consultez notre guide sur le coucher du soleil.

5. Disposez les aliments dans l’assiette

Il se peut que vous deviez expérimenter différentes tailles, textures et saveurs d’aliments pour voir ceux auxquels la personne réagit le mieux. Voici quelques conseils pour vous aider à changer les choses : variez la couleur des aliments – des légumes de différentes couleurs permettent d’égayer l’assiette. Essayez de réduire les quantités d’aliments et le nombre d’éléments individuels dans l’assiette. Découpez les aliments (surtout la viande) en petits morceaux. Changez la texture des aliments : les pommes de terre peuvent être écrasées, bouillies ou cuites au four, par exemple.

6. Félicitez l’aliment

Si quelqu’un apprécie visiblement son repas, cela encourage les autres convives à se mettre à table. En famille, partagez votre plaisir, félicitez la nourriture et dites combien elle est savoureuse.

Un simple « ce plat est délicieux » peut susciter l’intérêt des autres et les encourager à goûter leur plat. Essayez la prochaine fois que vous serez à table, en prenant l’initiative de manger en premier et en faisant immédiatement ce commentaire positif.

7. Arrêtez de parler

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence sont facilement distraites et peuvent devenir confuses si vous essayez de leur faire faire plusieurs choses à la fois. Nous voulons que la tâche de manger leur nourriture soit aussi simple que possible et qu’ils se sentent à l’aise et détendus pendant qu’ils le font.Arrêtez de parler à la personne pendant que vous mangez avec elle, de petits commentaires sur la nourriture sont bénéfiques mais pas trop. Veillez à ce qu’elle puisse se concentrer sur la tâche à accomplir, une chose à la fois.

8. Mangez peu mais tout au long de la journée

Contrairement à ce que nous croyons, nous n’avons pas besoin de 3 repas principaux par jour. Les recherches montrent qu’il n’y a pas de différences majeures entre 3 repas réguliers par jour, 2 gros repas par jour ou 5 petits repas. En fait, 5 petits repas peuvent aider à réguler une tension artérielle stable, ce qui est un bonus supplémentaire.

Si vous n’arrivez à faire manger à votre parent que de petites quantités, ce n’est pas un problème tant que cela se fait à intervalles réguliers tout au long de la journée. Il s’agit de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous.

Manger de plus petites portions peut également profiter aux personnes atteintes de démence qui ont des difficultés à avaler. La difficulté à avaler est un symptôme de certains types de démence, notamment la maladie d’Alzheimer et la démence à corps de Lewy.

Conclusion

Si vous vous inquiétez de l’état de santé de votre proche atteint de démence, ou du peu qu’il mange, le mieux est de vous adresser à son médecin traitant ou au professionnel de santé en charge de ses soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.